Discours d’ouverture de la journée académique

vendredi 4 avril 2008
par Webmaster AGEEM 86
popularité : 14%

Chers collègues,

Je confie à mon amie ISABELLE le soin de lire à haute voix ces lignes amicales que je vous destine.

Vous vous inscrivez aujourd'hui, et pour la première fois, dans la liste des Journées académiques organisées par notre association. Je vous félicite et remercie très sincèrement pour cette nouvelle initiative.

GRAND MERCI à tout le groupe de l'académie de Poitiers autour d'Isabelle

Et merci particulièrement à la section 7901 et à la présidente Annette Praud entourée de son équipe

Vous vous inscrivez dans la série annuelle des quelques dix journées académiques qui se déroulent sur tout le territoire français.

APRES

Beaulieu en Argonne dans l'académie de Nancy-Metz,

Rueil dans l'académie de Versailles,

Istres dans l'académie d'Aix-Marseille

Narbonne dans l'académie de Montpellier

La Londe des Maures dans l'académie de Nice

ET AVANT :

Douai dans l'académie de Lille

Châteauroux dans l'académie d'Orléans-Tours

Périgueux dans l'académie de Bordeaux

Rouen dans l'académie de Rouen

 

C'est le plus souvent l'occasion pour moi d'aller à la rencontre des collègues de terrain mais je suis à Tarbes cette semaine pour faire avancer le projet du 81 e congrès national (le calendrier est fixé en début d'année scolaire) et je regrette vraiment de ne pas vous accompagner dans cette nouvelle action.

 

Voici quelques informations nationales

Comme vous le savez c'est une année pleine d'évènements, de péripéties .... et de colères !

et l'année n'est pas finie ......

 

Trois moments forts

 

Tous les collègues présidents ont reçu ces infos.et peut être sont-elles venues jusqu'à vous mais c'est l'occasion de rappeler la chronologie des évènements et notre engagement.

 

Tout d'abord de septembre à décembre : la participation au nom de l'AGEEM au groupe d'Etudes sur l'Ecole Maternelle. Ce groupe a été organisé par le Directeur général de l'enseignement scolaire à la demande du ministre pour formuler des propositions sur l'école maternelle et ses évolutions.

C'était très important pour notre association de participer pleinement à cette tâche. Et nous l'avons fait !

Le texte intitulé « Recommandations » a été remis au ministre par le DGESCO.

 

Et dès le mois de décembre, nous nous posions une première série de questions....

J'en reprends quelques unes ici avec vous :

 

- Les "Recommandations" du Groupe  auront-elles des prolongements aboutissant à des choix politiques, à des conséquences législatives, à des textes officiels ........, à des consignes .....de terrain ? sur quels points ?

- qu'est-ce que le ministre va retenir de ces Recommandations ?

- comment ces Recommandations s'articuleront-elles avec les conclusions de la Mission Bentolila ? y-aura-t-il des articulations possibles ?

- à quelles "surprises" devrons-nous réagir ?

- se servira-t-on de nous comme caution ?

 

2) Ensuite Le Rapport Bentolila est sorti. Vous avez pu lire différentes réactions

La nôtre est parue le 4 février 2008.

Je vous en rappelle l'essentiel

Nous reconnaissons que les faits et évènements rapportés dans ce texte reflètent une certaine réalité de l'école maternelle française d'aujourd'hui lorsqu'elle ne joue pas pleinement son rôle, mais nous sommes profondément choqués par l'effet de généralisation abusivement utilisé et par le ton inadmissible développé tout au long de ces 38 pages.

Ce texte prend appui sur une connaissance très relative et limitée de la vie des écoles maternelles Il semble se construire sur des représentations et des interprétations dans lesquelles les membres de notre association ne peuvent se reconnaître.

Ce rapport porte ainsi le discrédit sur l'ensemble de la profession et cela est révoltant.

 De plus, le regard porté sur les familles est généralement négatif, trop souvent déformé.

 

Nous relevons quelques expressions et idées que nous jugeons particulièrement contestables et inutilement blessantes.

-  La présentation de l'école maternelle comme le lieu « des illusions », « des productions joliment mises en scène », l'espace d'une « garderie déguisée » ou d'une « liberté mal maitrisée ».

-  Le refus de considérer que l'école maternelle est d'abord fréquentée par des enfants qui vont progressivement devenir des élèves

-  l'affirmation que « l'école maternelle privilégie ce qui se voit, s'expose ....où le bien vivre a pris le pas sur le bien apprendre »


- l'opposition caricaturale et fausse entre temps éducatifs et temps d'apprentissages

-  le rapport des activités au « thème » et l'ignorance du projet, de classe et d'école

-  la confusion entre trace écrite et apprentissage, efficacité et rentabilité

-  l'entêtement à parler de l'accueil et non de la scolarisation des enfants de 2 à 3 ans

-  le laisser penser que la présence des enfants de 2 à 3 ans à l'école maternelle est liée à l'évolution économique de la société alors que ce choix est celui de notre république depuis l'origine c'est-à-dire 1881

 

Ces exagérations, ces positionnements subjectifs et parcellaires desservent des analyses par ailleurs pertinentes sur lesquelles notre association est engagée depuis des années :

- la nécessaire unité de l'école maternelle française : classes de Petits, Moyens, Grands.

Cette entité correspond au cycle 1.

- l'importance du langage oral

- l'obligation de prendre en charge chaque enfant tel qu'il est

- l'importance d'une formation pointue qui donne toute sa place à la spécificité de la pédagogie de l'école maternelle.

 

Nous nous interrogeons sur les finalités de ce rapport.

Chercherait-on à nuire à l'école maternelle française ?

 

3) enfin le 20 février, en pleine période de vacances, voici la parution des « Nouveaux programmes de l'école primaire »

Notre première réaction date du 22 février

 

Nous souhaitons, nous exprimer sur quelques points qui nous semblent déterminants :

 

-  Ces programmes proposent une nette évolution de l'école maternelle conséquence d'un changement de regard sur l'enfant. Ce « nouveau » regard occulte l'accueil de l'enfant et sa maturation psychologique et affective en se centrant de façon totale et quasi exclusive sur l'élève ; pour preuve : le domaine d'activités « vivre ensemble » disparaît au bénéfice de « devenir élève » comme si la prise en charge de ces élèves en tant que jeunes enfants n'était plus un objectif important.

 

-  Ce changement d'objectif est encore plus évident si l'on compare les finalités posées à l'école maternelle dans ce texte : « permettre à l'enfant de devenir autonome pour s'approprier les connaissances afin de réussir les apprentissages fondamentaux » et les termes des programmes de 2002 « l'objectif de l'école maternelle est de permettre une première expérience scolaire réussie »

Nos premières lectures nous révèlent un changement complet de perspective, l'école maternelle apparaissant à nos yeux très sélective et réductrice.

Quel enfant sera reconnu dans cette école ?

 

-  Autre rupture majeure : la disparition effective des cycles et l'apparition de son corolaire, des progressions annuelles.

 

-  Nous nous interrogeons également sur le changement de nature et de fonction de l'évaluation telle qu'elle est évoquée dans le préambule des nouveaux programmes pour l'école primaire

L'évaluation devient sommative et doit permettre un bilan des acquis des élèves, elle est aussi « outil de comparaison des effets des pratiques pédagogiques, outil de mesure des résultats des écoles  » donc de classement des écoles.

L'école maternelle est-elle concernée par cette mutation dans laquelle nous ne pouvons nous  reconnaître ?

 

La scolarisation des enfants de 2 à 3 ans est rayée d'un trait de plume comme le mot « accueil » qui disparaît de ce texte. La fonction d'accueil de l'école maternelle disparaît-elle, la prise en charge des tout petits, jusqu'ici prioritaire dans les quartiers difficiles est-elle abandonnée ? Si oui quelle alternative sera envisagée ?

 

Tous ces points posent en fait la question de l'ambition retenue pour l'école maternelle française et pour les enfants qui lui sont confiés Tous les enfants auront-ils encore leur place tels qu'ils sont dans notre école maternelle ?

 

-  Pour toutes ces raisons nous exprimons notre grand étonnement en l'absence de réactions et commentaires des médias et partenaires sur ces propositions concernant l'école maternelle. Tout se passe comme si ce texte était ressenti comme ne contenant ni proposition d'évolution, ni modification quant à ce premier niveau de l'école.

-  L'AGEEM jouera tout son rôle pour mettre en évidence en quoi ces programmes correspondent en fait à un important changement de perspectives vis-à-vis duquel elle exprime des craintes et des doutes.

 

Et un texte plus détaillé va être transmis aux sections et aux adhérents

 

Vous le savez, notre association, qui accompagne l'évolution de l'école maternelle depuis 85 ans, notre association professionnelle composée de professionnels militants se forge une image de l'école maternelle en France à travers ses structures et dans le dialogue quotidien avec ses acteurs.

Ce qui fonde notre légitimité, c'est notre ancrage sur le terrain, sur les terrains.

Nous avons toujours été une force d'analyse et de propositions 

Et c'est cela qui fait que nous sommes impliqués dans ces travaux nationaux, que nous sommes entendus.

 

 L'école maternelle d'aujourd'hui est une école qui a besoin d'être reconnue, rassurée, réconfortée, encouragée, étayée....

Une école trop souvent abandonnée, livrée à son passé, traversée de questions existentielles et proie facile à des manipulations et paranoïas avérées ....

Une école toujours contrainte à l'excellence, parfois décriée pour ses faiblesses ...

Une école dans laquelle il nous faut sans cesse démontrer, aujourd'hui davantage qu'hier, qu'il n'y a pas de contradiction entre le souhait de faire vivre pleinement à chacun le temps de la première enfance et le souci de préparer l'avenir sans précipitation, dans la sérénité et la confiance

 

Une école dans laquelle les collègues de Grande section sont soumis à de multiples pressions qui les déstabilisent et cette déstabilisation gagne les collègues des moyennes sections ....et ceux des petites sections.

 

Les questions qui nous préoccupent, les questions qui vous préoccupent sont toutes liées à l'évolution de l'image de l'école maternelle, au sentiment d'abandon ou de désintérêt à son égard, à la perte d'identité ressentie, aux évolutions que nous n'approuvons pas, aux dérives que nous constatons ici ou là ...


Chacun ressent la nécessité de se positionner comme professionnel de cette école maternelle confrontée à des attentes souvent contradictoires dans une société où chacun voudrait la faire évoluer pour servir ses besoins particuliers.

 

 Dans le nouveau Conseil d'Administration national qui s'est réuni à Paris. nous avons accueilli 7 nouvelles collègues élues dans leurs académies respectives, 7 nouvelles collègues entre 30 et 35 ans : notre avenir associatif !

Isabelle vient de rentrer au BN et cela nous réjouit !

J'ai dit devant la représentation nationale de notre association que nous percevons clairement les retours du Colloque Parisien. Deux exemples : nous sommes sollicités par la MGEN pour mener en partenariat une action de formation des enseignants dans cette application de la Loi sur le Handicap qui nous interroge tous les jours. Nous sommes sollicités par la Mission Laïque Française pour apporter nos savoirs faire et notre réflexion dans la formation des enseignants d'école maternelle à l'étranger.

Ces actions entrent pleinement dans notre projet associatif.

 

Voilà chers collègues quelques nouvelles nationales de notre association.

 

Des nouvelles réalistes

Un conseil : prenez appui sur nos analyses pour répondre à la consultation nationale qui est annoncée, jouez le jeu !

Restez debout, ne baissez pas les bras, continuez .... !

Notre force est dans notre résistance au quotidien, dans notre engagement professionnel raisonné et fondé sur notre travail, notre réflexion et notre pratique !

 

Votre action d'aujourd'hui fait suite au travail de toute l'académie sur l'activité graphique et je vous en prie, continuez à ne pas la réduire à la calligraphie, à l'écriture !

Laissez sa trace dans le monde, n'est-ce pas essentiel pour se construire comme individu et comme personne ?

 

Je vous souhaite beaucoup de plaisir à partager des outils, des documents mais surtout, et c'est ce qui fait le ciment de notre association, le plaisir des rencontres.

Rencontres des personnes, réactivation des connaissances et partage des  émotions ! voilà le menu du jour !

 

Je vous souhaite une belle journée et vous remercie de votre engagement, même ponctuel, pour une école maternelle de qualité.


Navigation

Articles de la rubrique

  • Discours d’ouverture de la journée académique
  • Le goût